Welcom

KENITRA - MEHDIYA (Maroc)

Bienvenue sur le site de chabab !photo-16.jpg

L'homme , quand il fuit la ville, c'est encore pour refaire la ville à la campagne.

Une gare, un port, des trains navettes qui sifflent, un chalutier silencieux qui longe les jetées à l'entrée de l'embouchure du sebou, un long boulebard qui traverse majestueusement sur des kilometres découpant systématiquement  la ville en deux, tout cela c'est kenitra.

Une forêt de chêne liège qui longe l'autoroute urbaine sur des kilometres comme pour dessiner une première fontière de la ville, un long fleuve avec ses méandres  serpentant la plaine du Gharb qui passe avec majesté, avant de se jeter dans l'ocean atlantique, comme  pour tracer à la ville une seconde frontière, tout cela c'est encore Kenitra.

Des cygognes venues de loin, haut perchées sur de vieux pylones électriques ou au sommet des minarets des mosquées avec leurs nids de plus en plus grands chaque année et qui se sont sédentarisées pour ne plus partir ailleurs, été comme hiver dans cette terre d'accueuil à l'image de toute cette population hétérogène qui vient s'installer ici pour toujours, tout cela c'est encore Kenitra.

Des quariers populaires en pleine activité, des quartiers modernes, villas, immeubles et résidences de toute nature nouvellement construits, bravant d'autres quartiers, vestige d'un passé récent, une médina traditionnelle qui vivote ababdonnée à son sort et qui semble reprendre vie, tout cela c'est toujours kenitra.

Une population jeune et variée avec son arabe, son berbere, son mdini, son a'aroubi, son soussi, son fassi, son marrakchi, son souiri, son oujdi, son rifi ou son sahraoui, toute une mosaîque parsemée d'africains, tout ce monde natif ou venu d'autres villes ou d'autres contrées pour y travailler, étudier dans son université ou ses écoles, ou alors tout simplement trouver refuge pour une calme et paisible retaite, c'est bien évidamment Kenitra.

Des quartiers industriels, aux quatre coins de la ville, enrichissant son tissu économique, engloutissant une main d'oeuvre variée, jeune dans son ensemble venue s'installer à la recherche d'un emploi et donner plus de vie à la ville et, durant un week end, peupler la magnifique plage de Mehdia allant en foule assailler les bus et les grands taxis jaunes pour l'aller et le retour, tout cela, il faut bien le dire, c'est Kenitra.

Toute cette multitude de cafés, snack, restaurants, mahlaba, patisserie et glaciers qui se cotoient, se juxtaposent se concurencent en beauté de devanture, avec leur propre population  occuppant les larges terrasses sur les trottoirs des boulevards bravant les pauvres piètons qui semblent ignorer les regards souvent inquisiteurs, tout cela c'est bien le propre de kenitra.

Tant de choses et de choses et encore d'autres choses à découvrir, ce ne peut être que kenitra la merveilleuse, la ville du Kac, de hallala boys des différents terrains de foot, de basket, de tennis et autres terrains de boules ici et là.

Kenitra, c'est le présent et surtout c'est l'avenir, elle vous tend les bras, elle vous embrasse, surtout ne lui tournez pas le dos, ne la faite pas souffrir comme l'ont fait tous ces politiciens qui l'ont décus, comme l'ont fait tous ceux qui se sont enrichis à son détriment, mais peu importe, c'est ça kenitra la généreuse qui ne demande rien en retour.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×